La Nuit blanche et sa Grande Parade Musicale - samedi 5 octobre à paris !

28 formations musicales, dont 17 orchestres d'harmonie, regroupant plus de 600 musiciens et ses 15 œuvres d’art ambulantes

Nuit  Blanche

Cette 18e édition de La Nuit Blanche aua lieu le samedi 5 octobre 2019 à Paris. La nuit de l'art est confiée à Didier Fusillier, qui a invité une centaine d'artistes.

Au programme course nocturne dans les musées, piste cyclable sur le Périphérique et une Grande Parade musicale.

L'idée de la Nuit Blanche est toujours la même : faire sortir l'art des galeries et des musées et l'amener dans la rue, à la rencontre des Parisiens.

Cette année, la Nuit Blanche suit la transformation de Paris, pensée et voulue comme un message à porter. La grande nouvelle est l'ouverture du Périphérique pour faire une Nuit Blanche métropolitaine en cassant physiquement cette frontière entre Paris et la banlieue. De la Porte de la Villette à la Porte de Pantin, le périphérique sera transformé en vélodrome lumineux dès 19h, pour nous donner l'occasion de rouler sur cette autoroute piétonne !

La grande parade des orchestres, imaginée par la Philharmonie de Paris, en lien avec la CMF Hauts de France, fera défiler le son de la Terre de Concorde a Bastille au départ de la Place de la Concorde à 19h !

Sur la thématique « Les Musiques du Monde », une trentaine d’orchestres ambulants offrent au public un kaleidoscope de rythmes et de mélodies du monde entier : cornemuses d’Ecosse, bagad de Bretagne, batucada du Brésil, percussions du Sénégal, balangajur d’Indonésie, le tout au beau milieu des fanfares et harmonies. Un patchwork assez large de styles musicaux : musiques d’Amérique du sud , orientale, pop, funk, chanson française, jazz, marches américaines, paso doble.
Ce « coloriage » musical festif et rythmé doit s’immiscer entre les plateformes des artistes, afin de leur faire parcourir l’espace de la planète en 4h et 4 km.
Avec ses 28 formations musicales, regroupant plus de 600 musiciens et ses 15 œuvres d’art ambulantes, la Parade n’est pas un défilé : c’est une symphonie joviale et triomphale, comme Berlioz avait rêvé de le faire avec sa Symphonie funèbre et triomphale.

En savoir +