Les instrumentistes à vent ne sont pas de dangereux propagateurs du Coronavirus !

Plusieurs études ont été mené sur la diffusion du Coronavirus fait par les instrumentistes à vent et les chanteurs.

Malgré les résultats rassurants, ceux-ci restent les boucs émissaires du monde de la musique depuis le confinenement.

  

 

Dans le contexte sanitaire actuel et malgré la crainte d'une seconde vague, la vie musicale reprend doucement son cours... Cependant, les instrumentistes à vent et les chanteurs sont encore très peu sollicités...

Plusieurs études ont été menées afin de vérifier si effectivement, les instruments à vent pouvaient véhiculer plus facilement le Covid-19. Ainsi, nous avons vu apparaître une collaboration entre le milieu scientifique et le milieu musical avec notamment l’orchestre Symphonique de Bamberg, en Allemagne, et le prestigieux Philharmonique de Vienne, en Autriche, le résultat est le suivant :


"L'air exhalé par un musicien n'excéderait pas les 80 centimètres !"
 

Des résultats bien moins alarmiste que prévu et surtout rassurant pour le monde musical.

Le docteur Emmanuel Bartaire, ORL et responsable de la cellule de crise Covid à l’Hôpital Saint-Vincent de Lille, répond à la question suivante :
Concrètement, les instruments à vent produisent-ils des aérosols, ces fameuses microgouttelettes susceptibles de transporter le virus ? « À ce jour, la question n’a pas été totalement élucidée. On pourrait comparer les vibrations de l’air dans l’instrument de musique à celle des cordes vocales qui produisent, effectivement, des aérosols. Mais les résultats sont variables et on peut raisonnablement penser qu’en cas de diffusion de particules, celles-ci ne concerneraient qu’un faible périmètre ».

Tous s’accordent à convenir qu’une distanciation de 1 voire 2 mètres est envisageable pour permettre de préserver les gestes barrières, tout en maintenant une certaine cohésion sonore.

Pour en savoir plus >>> Découvrez l'article complet sur Radio Classique